PEÑA SEBASTIEN CASTELLA
                   PEÑA            SEBASTIEN CASTELLA

Médias  -  Divers  2

 

 

 

06.01 - La Beneficencia 

 

 

Una de mis verdades’

 ‘Una de mis verdades’ I MUNDOTORO

MUNDOTORO > Madrid

Hay una gran diferencia entre exigencia e intransigencia. La primera es una cualidad de la propia vida que se traduce en pedirle cuentas a quien cuentas tiene. En este caso del toreo, a la figura. Intransigencia es afirmar que quien no tiene tu modelo, tu concepto o tu sentir, es tu enemigo. Lo es porque va contra lo que tú crees como verdad y quien va contra ella, te agrede. Te engaña, te roba. Convence a la mayoría ignorante que no participa de tu verdad. Y, quien hace eso, es tu enemigo.

En la tauromaquia, y sobre todo en Las Ventas, la intransigencia se hace aun más rocosa pues se aferra a un enigma histórico: hay una minoría constante que considera su verdad como única. No admiten la existencia de varias verdades. Y lo cierto es que la vida en evolución y tolerancia, en desarrollo de artes, tecnología, sentimientos… consiste en la convivencia enriquecedora de tantas verdades como individuos las tengan. Aunque, coherentemente, unas verdades sean más ciertas que otras.

Hablo del llamado ‘canon’. La norma. El precepto. No el concepto. Cuidado. No usemos la demagogia de igualar el canon o precepto con el concepto. La norma para torear con la intención al torear. Dejando claro que el toreo, como arte, cuando es arte, es más intención que otra cosa. Cómo se ejecute esa intención es importante, claro. Al final, somos lo que hacemos y no lo que pensamos. Por eso quien es capaz de ejecutar muy bien una excelente intención, suele ser un gran artista, pintor, escultor, o torero. Pero el canon, la verdad única, niega la intención de cada cual y, además, le exige una única ejecución. El canon en Las Ventas, para algunos, deja de ser algo fundamental o con fundamento (cierta técnica aplicable o no) para convertirse en Verdad Únicasolo existe una intención para hacer el toreo y sólo hay una forma de llevar a cabo esa intención.

 

Siendo esta postura una intolerancia contra la tauromaquia, podría entender a quienes se manifiestan contra ciertos toreros usando el baremo de su verdad única. Lo entiendo de forma coherente porque aplican normas ineficaces, caducas, inexistentes, ilógicas. Por ejemplo el pretender que el torero esté cruzado en todos y cada uno de los pases de una misma tanda. Una cuestión que, ejercitada con una toalla en salón de su casa por el lector, le llevará a esta casi leperiana conclusión: las leyes básicas de la física de los cuerpos afirman que cruzarse en cada pase es inversamente proporcional a ligar los pases. Cruzarse en torear ‘de uno en uno’. Y de ‘uno en uno’ (cito, embarco, vacío y me muevo para ponerme de nuevo en la posición inicial del cite cruzado) no se liga. El toreo evolucionó en bravura del toro y en intención de torear hacia las tandas ligadas de cuatro, cinco… muletazos.

Entiendo (no comprendo, que es diferente, porque no comparto ese jomeinismo) a quien ve el toreo solo sobre esa norma. No veo maldad más allá de la perversión que tiene una verdad única. Pero dejo de entenderlo cuando esa norma única se aplica sólo cuando se quiere, se hace voz, grito y protesta dependiendo de tardes, de toreros, de toros. Usar una norma fija y una verdad única de forma aleatoria y variable es una perversión. El uso discriminado, pactado, pautado, prejuicioso de una norma que decimos es invariable y para todos, es maldad. En el toreo, en la literatura, en la poesía, en el teatro, en el cine… Es una maldad en la vida.

La misma norma que este año se está aplicando de forma negativa y censora, intransigente y vigilante para Sebastián Castella (la que fusila a El Juli año tras año) es la que el año pasado, al no ser usada, lo sacó en hombros. Va en gustos, pero tres de los naturales de Castella de este año redujeron más la embestida que los del año pasado. Y mira que el Adolfo embestía gateando como el toro mexicano. Esto último es opinión individual pues del toreo, la reducción de las embestidas desordenadas y la reducción de la velocidad es lo que más me toca la fibra (Para mí el toreo o el mejor toreo nace cuando desaparece la velocidad. Desaparecida la velocidad, llega el toreo). Pero esa es mi verdad.

 

Esa es mi verdad que no deseo para nada que sea compartida, pues mi verdad es mi emoción, mi forma de apasionarme con el toreo. Y de la misma forma que me da igual que sea o no compartida, acepto las verdades de quienes sienten más emoción en el movimiento de velocidad, el desorden vital, en la fuerza sin reducción. La comparto y hasta me emociono con ella. Jamás trataré de imponer a nadie que sienta como yo. Insisto, siento que el toreo profundo, el toreo no para la vista sino para el recuerdo, nace a partir del toro fijado y fijo, detenido, sin el uso de la inercia, cuando muere la velocidad, cuando hay que ir, traer, reunirse, vaciar allá.

Sabiendo que la ley de la inercia no es aplicable. Ésa es una de mis verdades. Según esta una de mis verdades, hay triunfos que no lo serían. Pero sería un fatuo, un pésimo aficionado y un insensible de catálogo, si tratara de imponerla. Si depreciara otras verdades, otras intenciones de torear, otras formas de torear. Y si tratara de imponer a gritos mi verdad sería un gilipollas. Afortunadamente no la impongo. Entre otras cosas porque no tengo una verdad única. Me da pereza y pavor, al mismo tiempo, tener una sola verdad.

 

04.02 : Sébastien et les autistes :

 

2 abril, 2016

Castella: “Todo lo que hagamos es poco, lo que sé hacer es torear y yo doy mi arte para esta buena causa”

Sabado 2 de Abril del 2016 

“Todo lo que hagamos es poco, lo que sé hacer es torear y yo doy mi arte para esta buena causa”
 

El torero solidario Sebastián Castella se unió a la sensible causa el año pasado dentro de la campaña El toreo se viste de azul que buscaba crear conciencia del autismo y promovió un evento benéfico de recaudación de fondos a través del sector taurino. 

El 5 de febrero en el LXIX Aniversario de la Plaza de Toros México el toreo se unió al Movimiento Internacional para crear conciencia del autismo denominado “Light It Up Blue” orquestado por Autism Speaks, ONG estadounidense. 

La Plaza de Toros se iluminó de azul, en el centro del ruedo se colocó una manta con el logotipo de El toreo se viste de azul, los toreros y asistentes portaron un listón azul apoyando la causa. Después del paseíllo de inicio, dos niños con autismo dieron una vuelta al ruedo de manos de los toreros Sebastián Castella, Octavio García “El Payo” y Arturo Saldívar. 

Castella donó una muleta para la subasta de artículos que se llevó a cabo en la Plaza de Toros de Arroyo tras un festival a beneficio de la Asociasion (ESAIN) Espacio de Atención Integral dedicado al diagnóstico y cuidados de niños autistas. 

03.23 - Sébastien parrain d'un livre 

 

Communiqué: Sébastien Castella, parrain du livre pour enfants d’Happycionado

Après une année d’existence, HAPPYCIONADO poursuit ses actions de promotion de la tauromachie et crée le livre « Découvre la tauromachie en t’amusant ! ».

Ce livre pour enfants est composé de nombreux jeux et quizz taurins, d’anecdotes, de dessins et de coloriages.

Les enfants pourront ainsi apprendre les bases de la corrida de manière éducative et découvrir son aspect culturel.

Pourquoi créer un livre pour enfants ?


La tauromachie a besoin de renouveau, que se soit dans les arènes, sur les gradins, en termes de promotion et d'image. Il est temps d'innover et d’inventer l’avenir de la corrida !

Après avoir lancé la première arène gonflable, nous avions envie de créer un nouveau moyen de transmission de notre culture. Quoi de mieux qu’un livre pédagogique sur les toros pour construire l'éducation taurine des enfants et transmettre l’afición des parents ?


 

Un parrain exceptionnel : Sébastien Castella


Le Maestro de Béziers a accepté d’être le parrain de ce livre car nous partageons les mêmes valeurs et la même ambition : créer de nouvelles générations d’aficionados et exposer le monde des toros au plus grand nombre.

Grand triomphateur de la temporada 2015, il a récemment annoncé vouloir devenir plus qu’une figura del toreo. Après ses « seuls contre 6 » solidaires à Nîmes au profit des sinistrés d’Haïti et au Puerto de Santa Maria en faveur de l’association Asedown, sa participation à ce projet est un geste de plus qui fait de lui, d’ores et déjà, bien plus qu’une figura !


Nous avons souhaité que le livre ait une dimension caritative. En accord avec le Maestro, nous apporterons donc notre soutien à l’association Trisomie 21 Gard en lui reversant une partie du prix de vente, volontairement bas (6€) pour que le livre soit accessible à tous.

Le livre sera présenté à la presse pendant la Feria d’Arles, le dimanche 27 mars à 14h dans le cadre de L’Auberge Espagnole, Salle Jean et Pons Dedieu, 62 rue du 4 Septembre à Arles.


Le Maestro Sébastien Castella nous fera l’honneur de sa présence et participera à la séance de dédicace qui suivra.

Contact : Matthieu Vangelisti – 06 72 96 27 56 / happycionado@gmail.com ouwww.happycionado.com

 

 

 

03.15 - Triomphateur 2015 selon la "Juventud Taurina"

 

«  Castella rememoró las emociones de la manifestación de la víspera en Valencia, sentenciando que "la fiesta está más viva que nunca, que los jóvenes no son el futuro, sino una realidad", no sin antes compartir y dedicarle el premio a su mujer, Patricia. »

 

Meilleur Lidiador : Jose Chacon

03.07 -"Ma vie" vue par Pierre Vidal 

 

 

Corrida Si :

 

 UN DOCUMENT VRAIMENT EXCEPTIONNEL

 


Document exceptionnel pourquoi? Non pas pour sa réalisation très médiocre somme toute. Sébastien mérite mieux, mais où sont les Orson Welles, Dalton Trumbo, Francesco Rosi ces grands cinéastes qui se sont inspirés de la corrida pour faire des grands films?


Il est exceptionnel parce que le plus grand torero que la France n'ait jamais eu, celui qui est appelé à devenir le Numéro Un et qui l'est déjà pour certain, muré jusque-là dans le secret d'un apprentissage douloureux, mutique pour certains, ouvre enfin sa porte. On voit sa finca près de Séville, sa passion des chevaux, sa famille -très pudiquement évoquée-, son lieu de vie, splendide. Il le fait avec la retenue qui le caractérise, cette humilité des grands. On ne peut s’empêcher de se dire : quel destin unique, quel chemin parcouru… quel exemple pour la jeunesse que la vie de Sébastien…
Surtout, dans l'interview, il révèle les moments difficiles de son apprentissage notamment son long passage au Mexique sur lequel nous ne savions rien et qui, semble-t-il, a été un moment très difficile pour l'adolescent qu'il était. C’était un épisode peu connu, qui fait froid dans le dos. Bien sûr, il évoque cette vie sacrifiée qui est celle des apprentis toreros entourés d’adultes, loin de leurs familles, confrontés à la blessure et à un entrainement démentiel. Cela nous le savions mais le grand public, lui, le sait-il ? Le toreo est une école de la vie faite de sacrifices, de renoncements, d’obstinations pour un idéal quasi inaccessible. 
La quête de la perfection c’est aussi l’objectif quotidien de Sébastien qui, à 33 ans, ne se repose pas sur ses lauriers et on le voit, dans le film, s’entraîner régulièrement de longs moments. Des moments de toreo de salon par exemple qui pourraient sembler superflus vue l’expérience accumulée. Il choisit d’ailleurs de tirer les leçons de ses échecs plutôt que de jouir de ses succès éphémères de son point de vue.
Enfin la solitude est son quotidien. Il s’est construit une vie familiale stable –dont il fait sa priorité-, il est entouré d’un cercle d’amis fidèles sur lequel il peut s’appuyer -où n’entre pas qui veut- mais il cultive cette solitude qui l’aide à être ce qui l’est et qu’il revendique. Comme dans la chanson sa solitude est « une perle rare » qu’il évoque souvent.
Beaucoup d’autres thèmes sont abordés au cours de cette longue interview. On y voit un homme mûr désormais, prêt à aborder d’autres challenges plus ardus encore, qui ne renonce à rien. Oui c’est un destin exceptionnel que celui de Sébastien ; un destin auquel nous avons toujours cru, depuis le premier jour, malgré les sarcasmes des pitres.
Pierre Vidal 

 

03.06 - Article du Midi Libre de Stéphan Guin :

 

Le panache de Sébastien Castella pour régner sur Madrid

Article Midi Libre du 03.04 (Photo Pierre SALIBA)

« Torero de Madrid ».

Un qualificatif que peu de matadors de toros  peuvent revendiquer tant le public de Las Ventas est exigeant, intolérant pour ne pas dire parfois injuste et sectaire.

Ainsi, la plupart des figuras préfèrent sauter l’obstacle depuis des années (José Tomas voire Enrique Ponce régulièrement) ou trouver des raisons grotesques pour justifier une impasse dans la Mecque du toreo (Morante de la Puebla sera absent en 2016 car la piste n’est pas incurvée à son goût !).

 

D’autres limites leur paseo (El Juli) pour qu’un échec n’ait pas trop de répercussions sur leur pouvoir économique dans les arènes secondaires. Car un échec peut suffire pour ruiner des années d’effort pour atteindre le sommet comme Ivan Fandino en a fait l’expérience l’an dernier.

Sébastien Castella est un « torero de Madrid », le préféré de Las Ventas depuis une décennie avec Alejandro Talavante voire Miguel Angel Perera. D’autres ont eu ses grâces pendant une ou deux Ferias (Juan Mora, El Cid) mais le public madrilène s’est rapidement lassé.

Lopez Simon, auteur de trois grandes portes en 2016,  peut-il craindre de suivre le même sort ? L’avenir le dira.

Sébastien Castella, lui, a décidé de revisiter l’histoire du toreo en réalisant quatre paseos pour la prochaine San Isidro. La presse espagnole pariait sur un triplé pour la Feria mais le Biterrois avait confié en off en février à Midi Libre depuis son domicile qu’il « ferait le geste de combattre les Adolfo Martin pour une 4ème corrida ».

Les figuras d’époque se faisaient un devoir de multiplier les cartels à Madrid pour s’imposer et montrer à tous qu’ils étaient les patrons dans la plus grande Feria du monde.

Depuis de nombreuses années, les maestros ont une logique inverse en limitant leur prestation pour ne pas risquer d’égratigner leur statut.

Mais le numéro un de la temporada 2016 s’est toujours senti apprécié et « a gusto » à LasVentas qui valorise la sincérité et la pureté de son toreo. Cette plaza a même été son camp retranché pour maintenir son statut dans des périodes difficiles.

Alors pourquoi toréer cette 4ème corrida face aux Adolfo Martin, un élevage difficile, alors qu’il est le détenteur des titres de triomphateur et de meilleure faena de la San Isidro 2015 ?

Pourquoi ne pas se limiter à la corrida la plus prestigieuse de l’année - la Beneficiencia –(avec Lopez Simon et David Mora face au Victorinano del Rio) et deux autres cartels de luxe (les Cuvillo avec Talavante et Roca Rey et les Alcurrucen avec El Juli et Garrido) ? 

La réponse du Biterrois qui débutera ce vendredi sa temporada espagnole à Castellon a fusé depuis son domicile Sévillan. « Parce que les plus grands l’ont toujours fait. Et pour gagner gros, il faut accepter de jouer ».

Un zeste d’orgueil pointe également derrière ce pari aussi beau qu’inutile, car personne n’exigeait du numéro un du toreo qu’il affronte un des élevages les plus redoutés des campos espagnols. L’an dernier, après avoir réalisé les deux meilleures faenas de la San Isidro au cours de ses deux premiers paseos, il n’avait pas réussi la passe de trois face à ces Adolfo Martin, un encaste (Albaserrada) qui lui a toujours résisté dans le passé.

« En 2015, j’ai fait l’effort mais la corrida n’avait rien permis. J’ai aussi voulu rajouter cette quatrième corrida pour montrer que je suis capable de triompher devant ce type de bétail si je touche un bon toro ».

Après deux contrats pour la Feria de Séville, des passages en Arles, Valencia et certainement Nîmes, Sébastien Castella devra affronter une pression maximale en ce début de temporada.

Mais il aime tellement jouer.

Et gagner gros…

03.03 - El Mundo :

 

 

 

" Feria taurina de la Magdalena de Castellón

Sebastián Castella, el matador en busca de la perfección

 

EL MUNDO

·          

Castella: 'Salgamos del armario y llenemos las plazas'

·         EL MUNDO

·         Castellón

·         @elmundocs

01/03/2016 16:19

El matador de toros francés de padre español y madre polaca, Sebastián Castella, estará este viernes en Castellón, en una de las principales plazas de arranque de temporada taurina, y compartirá coso con los diestros Enrique Ponce y Jose Mari Manzanares ante un público que, según explica en una entrevista para EL MUNDO, resulta "apasionado y entregado".

El aficionado taurino de Castellón diría el matador -erigido como la mayor figura del toreo francés-, es "serio, pero con una calidez tremenda", un público que desprende "cariño" y "muchas ganas de toro", expresa.

Para el maestro, afincado en España desde hace casi 20 años, la plaza de Castellón es la vuelta a los comienzos. "Llevo varios años viniendo y siempre me ha ido bien", comenta, al tiempo que elogia la ganadería Núñez del Cuvillo, "que te permi"

02.19  - Présentation de la revue La Fiesta :

 

Sébastien à partir de 10'54 

 

https://www.periscope.tv/w/1OdJrdYVDdvKX

01.16 - Quelques articles :

merci François Febvret

 

Semana Grande

La corrida du 9 janvier à Manizales pour le deuxième toro:

"Avec le cinquième toro de Felipe Rocha, l'un des deux bons du lot, Sébastien Castella réalisa une superbe faena. Initiée, dans la tradition, par ces changements dans le dos qu'il est le seul à interpréter avec autant de grâce, et qui fut ensuite une liaison sans fin de séries de la meilleure des factures. Pour lui rendre hommage, l'orchestre des arènes de Manizales accompagna cette grande faena, non pas par un paso-doble, mais par "l'air du toréador" de Carmen. Bizet rythmait chaque séquence de l'oeuvre castellienne et le public communiait. Une grande estocade, deux oreilles et un triomphe majeur."

La rubrique "De 2015 à 2016" de Jean-Marie Magnan, relatant ses coups de coeur pour quelques toreros:

"Sébastien Castella
Il a tout appris en une vingtaine de blessures graves. Il ne fait de concessions à personne et ne flatte que les toros. Son image de marque, il ne la polit que dans l'arène où il expose ses fémorales sans martingale. Les G10, G5, lui restent étrangers. Les coteries, à d'autres! Il demeure trop rebelle dans son for intérieur (son fort intérieur). Il évite même de faire de la publicité dans les revues.
La crise de croissance de l'an dernier où il faisait le toreo mieux que jamais, mais le disait moins, a pris fin et il a encore grandi. Aujourd'hui, il exprime par tous les pores de sa peau. Même le plus violent accrochage n'entame pas sa volonté irréductible de ne jamais laisser le dernier mot à l'adversaire et de l'obliger à un échange à la fois épuré et d'une bouleversante intensité.
Il lui fait prendre goût à son art qui atteint désormais à la paix des grandes profondeurs où tout est dit, consommé. La faena se déroule comme coule une source à laquelle se désaltère le fauve.
Fraîcheur et limpidité d'un jet d'eau épanoui en mille fleurs. Un frisson sur de la mousse."

 

"Castella en négociation à Carthagène des Indes
Sébastien Castella est en pourparlers avec le maire de Carthagène des Indes (Colombie) pour prendre en charge l'organisation des prochaines férias dans cette ville, dont la catégorie taurine a considérablement baissé ces dernières années, preuve encore lors de la corrida du 3 janvier."

 

 

Los diez rostros de la cultura en 2015

El director de la RAE, Darío Villanueva; el actor Dani Rovira y el escritor Arturo Pérez-Reverte encabezan la lista de los personajes de la cultura este año

Sebastián Castella

Sebastián Castella- EFE
ABC - abc_culturaMadrid - 27/12/2015 a las 01:41:04h. - Act. a las 10:42:00h.Guardado en: Cultura

El diestro francés Sebastián Castella (Hérault, 1983) ha vivido su mejor temporada: el rotundo triunfo en San Isidro le dio alas y lo corroboró con hitos notables como los seis toros en solitario o la tarde final de Logroño. A su reconocido valor ha añadido un mayor temple. Y, en una carta pública, ha defendido la Fiesta con brillantez.

12.20 - Aplausos :

 

 

Sebastián Castella: “Nunca he cerrado las puertas a nadie, hay que abrir carteles”

El francés, convencido de la necesidad de alternar y rivalizar con los nuevos valores

 

“Siempre he sido favorable a torear en carteles abiertos, nunca he cerrado las puertas a nadie. No se puede hacer un cartel y repetirlo en todas las ferias”. De este modo marca Sebastián Castella su opinión sobre la necesidad de abrir combinaciones a partir de la próxima temporada tras la buena campaña realizada por algunos de los toreros emergentes. El francés se suma de este modo a la opinión generalizada de la necesidad de abrir paso en los carteles de figuras a los jóvenes que están haciendo méritos para ello.

“El 99 por ciento de las figuras del toreo han venido o hemos venido desde abajo y también nos abrieron las puertas en su momento. Al que se lo ha ganado en la plaza hay que darle paso. Este final de temporada, varios toreros han demostrado que pueden competir el próximo año. La lógica dice eso. Es ley de vida, hay que dar paso los jóvenes que arrean”, explicaba el de Beziers en los Extras de Matadores de Aplausos, quien por otra parte deja muy claro que una cosa es abrir carteles y otra muy distinta ceder posiciones: “Deben saber que aquí nadie se ha convertido en figura en media hora. Esa es otra dificultad que van a encontrar. Los jóvenes han levantado expectación y por tanto deben estar a la altura. Los toreros jóvenes generan ilusión y por tanto estarán ahí, pero luego el público les medirá como si fuesen toreros consagrados.
Por eso lo realmente difícil no será estar, sino mantenerse. La verdadera dificultad es permanecer en primera línea diez, quince o veinte años”.

 

 

 

12.14 - El Pais - Interview :

 

 

Sebastián Castella: “No se puede politizar con los toros”

El torero francés alzó la voz en defensa del mundo del toro frente a quienes lo atacan

 

 

 

Sebastián Castella (Béziers, Francia, 1983), torero, alzó la voz y reivindicó la fiesta de los toros frente a quienes quieren terminar con ella. Le preocupa una politización que, sostiene, le resta libertades. No puede votar en España, aunque sigue la campaña con mucho interés.

Pregunta. ¿Qué debería hacer el nuevo Gobierno respecto los toros?

Respuesta. Lo que se ha hecho en Francia. Declararlo patrimonio cultural y material. Y que el mundo de los toros esté a salvo. No se puede estar atacando y atacando como están haciendo hasta el momento.

P. Varias plazas de toros han perdido recientemente sus subvenciones.

R. Los taurinos tenemos que remediar eso. Se está haciendo una fundación para defender el mundo del toro e intentar protegerlo y darle una imagen renovada. Que no sea tan místico ni se vea como algo tan anticuado.

P. ¿Teme que se prohíban los toros?

R. Ningún político nos puede quitar la libertad de vivir de nuestra profesión, de nuestra pasión, o a los aficionados la libertad de ir a los toros. Eso es lo que primero tenemos que detener. Si no les gusta, vale, pero tendrán que respetar lo que le gusta a los demás. No se puede politizar con el mundo de los toros.

P. ¿Cuál cree que sería la principal consecuencia si se prohibieran los toros?

R. Si se acabaran las corridas, se extinguiría la raza del toro bravo, que es un animal de por sí peleón. Tienen que pelear y se matan entre ellos, porque el toro, al picarlo, saca su bravura y quiere pelear más. Al contrario que el león, que es el rey de la jungla, pero que cuando lo hieres se acobarda. El toro bravo no es así.

P. ¿A qué político le daría dos orejas y el rabo?

R. A Álvaro Uribe [la mujer de Castella es colombiana]. Sabemos que la guerrilla era y es tremenda, pero el que ha devuelto la seguridad, la ilusión, que los extranjeros puedan ir a Colombia con tranquilidad y quien ha puesto el país en auge en todos los sentidos es el presidente Uribe. Le daría dos orejas, el rabo y todo lo que pudiera.

 

Je vous mets la traduction automatique - elle vaut ce qu'elle vaut !...

 

 Castella suit en élevant la voix pour la défense de notre culture... "on ne peut pas politiser avec les taureaux"
À cette occasion, Sébastien est interviewé par le pays, l'Espagne, et répond aux questions suivantes...

 Question. Que devrait faire le nouveau gouvernement en ce qui concerne les taureaux ?
Réponse. Ce qui a été fait en France. Le déclarer patrimoine culturel et matériel. Et que le monde des taureaux soit sauf. On ne peut pas être attaqué et attaque comme le font pour le moment.
P. Plusieurs places de taureaux ont perdu récemment leurs subventions.
R. Les taurins nous devons remédier à ça. Faire une fondation pour défendre le monde du taureau et essayer de le protéger et de lui donner une image renouvelée. Que ce ne soit pas trop mystique, ni se voir comme quelque chose de si vieux jeu.
P. Vous craignez que l'on interdise les taureaux ?
R. Aucun politique ne peut nous enlever la liberté de vivre de notre profession, de notre passion, ou aux amateurs de la liberté d'aller à des taureaux. C'est ce que nous devons d'abord arrêter. Si vous n'aimez pas, ok, mais ils devront respecter ce qu' aime les autres. On ne peut pas se politiser avec le monde des taureaux.
P. Que pensez-vous qu'il serait la principale conséquence si on interdisait les taureaux ?
R. Si on interdisait les corridas, finie la race du taureau, qui est un animal  querelleur. Ils doivent se battre et se tuent entre eux, parce que le taureau, les spores, enlève sa bravoure et veut plus se battre. Au contraire que le lion, qui est le roi de la jungle, mais que quand vous vous blessez il se dégonfle. Le Taureau N'est pas comme ça.
P. À quel p personnage politique donneriez-vous deux oreilles et la queue ?
R. À Alvaro Uribe [la femme de castella est colombienne]. Nous savons que la guérilla était et c'est terrible, mais celui qui a renvoyé la sécurité, l'illusion, que les étrangers puissent aller en Colombie avec calme et qui a mis le pays en plein essor dans tous les sens, c'est le président Uribe. Je lui donnerais deux oreilles, la queue et tout ce que je pourrais.

Toros 2000 : A propos de " L'oreille d'Or"

 

L'OREILLE DES SOURDS… 
     Un partage… qui divise !

     13 Décembre:

     En parlant "d'Oreille", on aura pu se surprendre (et se diviser) au sujet de l'attribution de la 48ème "Oreja de Oro" du fameux programme "Clarin", qui nous réunissait, tous les soirs sans internet, aux échos taurins de Radio Nacional de España, et cela depuis… bien plus longtemps que cela!!! Chaque année donc vers la Fin Novembre, et cela depuis 1968, (une temporada de grande "competencia torera), les correspondants régionaux de RNE sont contactés en direct, en un référendum Aficionado appelant à voter pour le torero qui, selon eux, "a marqué la saison", dans leur zone et "plus généralement"… 
     Bien évidement, on peut "entendre" tous les arguments, et en quelque sorte, le résultat des votes 2015 ne surprend pas. En effet, à égalité de huit votes, Sébastian Castella et Alberto Lopez Simon remportent le concours, et reçoivent non "une demie-oreille d'or", mais une entière, chacun… "C'est que l'on n'est pas radins,àRadioNacionaldeEspaña!"
  Pas radins peut-être,mais peu raisonnables! 
     On ne peut comparer la régularité d'un torero à 51 corridas, triomphant pratiquement dans toutes les grandes ferias du circuit; et 'l'impact" créé par un jeune torero, "qui arrive" et coupe plus d'oreilles à cause de son courage et ses blessures, que pour la réalité de son Toreo, quel qu'en soient la qualité et la personnalité… C'est un peu comme si l'on remettait la victoire de la Musique récompensant "la carrière", ex aequo à Charles Aznavour et Stromae (même si "lesjeun's" demandent: "Qui c'est,Aznavour"?) 
     Et puis, il est important de voir "la temporada entière" du torero, "dans et hors les ruedos!". 
     Alberto Lopez Simon a créé un réel "impact", principalement en une plaza de Madrid, où son courage fou, ses cogidas et son toreo ont mené le public à quelques euphories que l'on ne peut reprocher, en ces périodes de vaches maigres. De ce fait, il fut très attendu en d'autres plazas, avec un gros a priori favorable, qui lui a valu de nombreux trophées. Et cela… en toute logique! Cependant, "l'homme" (le jeune homme!) ne semble guère être à la hauteur du torero, certaines de ses déclarations, du style Jose Tomas, ne cadrant guère avec la juste ambition de celui "qui débarque"… De plus, on gardera en mémoire "le coup de La Brède", qui équivaut à celui de Jarnac… On attendra donc 2016 pour voir et vérifier si Lopez Simon, en plus d'un torero… est "gent de parole"… 
     C'est pourquoi, en toute raison, on pensera que la grande et seule "Oreja de Oro 2015" devait aller à Sebastian Castella, non seulement pour sa remarquable temporada 2015, dont le point d'orgue fut "la" faena de Madrid, en pleine San Isidro (et il y en eut d'autres!), mais également pour ses paroles et ses prises de position, claires, fortes, "à visage découvert", en faveur de la défense de la Fiesta des Braves… On se souvient de sa "lettre ouverte", à tous les organes de Presse, au mois d'Août; mais on retiendra également sa récente prise de position, publique, vis-à-vis des "Politiques", dont la démagogie et la traitrise est source d'une grande partie des maux qui frappent la Fiesta… 
     C'est en cela qu'il paraissait important de souligner la grande Temporada, torera et solidaire (ne pas oublier la corrida du Puerto) de Sebastian Castella, encore une fois "dans et hors les Ruedos". Et, sans nier le moindre mérite à Lopez Simon,  l'attribution de "La oreja de Oro 2015" au Français, à titre exclusif, pouvait et devait s'entendre!! A ce sujet, l'attribution des Trophées "Cossio" de la Saison 2015, nous semble plus logique, juste et Aficionada. 
     Cependant, "Vox populi, vox Déi!", comme disait l'autre et, contrairement à certains… on respecte la Démocratie !

Actutoro :

"Le toreo n'est pas politique !"

 

Alors qu'il recevait le Trophée au triomphateur de la Feria de Ciudad RealSébastien Castella, fidèle à ses convictions, en a profité pour adresser un discours poignant mais surtout plein de bon sens à l'encontre des politiques de Ciudad Real. En effet, comme il l'avait déjà fait cet été dans une lettre ouverteSébastien a une nouvelle fois pris ses responsabilités afin de défendre le Toreo dans une ville où l'alliance entre le PSOE etPodemos souhaite le mettre à mal.

Voici le discours du maestro traduit par nos soins:

 

"La fiesta taurine est une manifestation culturelle comme n'importe quelle autre. Ou mieux dit, elle est SUPERIEURE aux autres, parce que c'est la seule parmi les arts où il n'y a pas de représentation: tout se fait par vérité et l'on y met sa vie en jeu. LES TOREROS SE JOUENT LA VIE comme aucun autre être humain dans un "travail" qui est réalisé pour divertir et émouvoir les spectateurs.

 

Soutenir économiquement le Toreo c'est appuyer le deuxième spectacle de masses en Espagne: le public assiste aux toros bien plus qu'à beaucoup d'autres évènements culturels qui eux OUI sont bien subventionnés. Et le Toreo ne reçoit ni un seul euro des Financements Généraux de l'Etat alors qu'il rapporte plus de 3% du Produit Intérieur Brut et que c'est le spectacle culturel qui rapporte le plus à l'Etat en impôts, quasiment 50 fois plus que le cinéma par exemple.

 

N'oublions pas non plus que c'est un spectacle très cher. Pourquoi ? Et bien parce que l'on y combat un animal qui est élevé durant quatre ans dans les champs espagnols, français ou portugais, avec une qualité de vie supérieure à celle de n'importe quelle mascotte, celles dont on pense qu'elles vivent comme des rois enfermées en cages dans nos maisons. SUIS-JE UN MENTEUR ? Le toro est mieux soigné que n'importe quel autre animal élevé par l'homme, il bénéficie de la plus grande quantité de terrains à sa disposition, d'une alimentation privilégiée, d'une sélection génétique ainsi que de nombreux vaccins et suivis vétérinaires. Ceci sans parler bien sûr des nombreux animaux qui sont élevés aux hormones afin de grandir plus vite pour être abattu plus tôt dans la chaîne des abattoirs où les plus chanceux seront étourdis par une décharge électrique.Ou bien les canards à qui l'on provoque une cirrhose afin d'obtenir le précieux foie gras.

 

Ajoutons à ceci que les permis nécessaires pour organiser une corrida de toros coûtent aussi très cher, bien supérieurs à n'importe quel autre spectacle public. Cet argent va directement dans les arches publiques et il est employé pour améliorer la qualité de vie de tous les citoyens aussi bien taurins qu'anti-taurins.

 

Je l'ai déjà écrit il y a quelques mois et je le répète: LE TOREO N'EST PAS POLITIQUE. Les uns et les autres l'utilisent à leur guise pour gagner des votes mais quand arrive le moment de vérité nous continuons à être seul.

 

Nous jouons beaucoup. Etre des citoyens avec les mêmes droits que n'importe quel autre ou bien être des citoyens de seconde zone supportant des trahisons comme ici, à Mallorca ou Barcelone.

 

Faire bouger les lignes est entre nos mains."

 

 

11.30 -  Oreja de Oro pour Sébastien :

 

Dimanche, le prix Oreja de Oro décerné par Radio Nacional de España a été attribué ex-aequo à Sébastien Castella et Alberto López Simón pour leur formidable saison 2015.

Créé en 1968 et décerné par les auditeurs de l'émission Clarín, la Oreja de Oro récompense le meilleur torero de la saison. Sébastien Castella l'a déjà remportée deux fois, en 2006 et 2009. Cette troisième distinction vient logiquement couronner la meilleure saison de sa carrière. Mais cette fois, il doit la partager avec l'autre torero de 2015, Alberto López Simón. Pour la première fois en 48 ans le jury (auditeurs et chroniqueurs spécialisés) n'a pas pu ni voulu départager les deux toreros qui ont marqué l'année de manières si différentes. L'un en trouvant les ressources pour approfondir son style après quinze ans de métier...

 

 

 

Castella: "Es el trofeo más significativo en la temporada de un matador"

 

“Esta temporada ha sido de las más importantes, si no es la mejor de mi vida. Los años tienen que servir para algo, uno va cogiendo poso, va mejorando en todo. Ha sido una temporada de mucho disfrute, mucha regularidad, de alto nivel en las ferias importantes. Creo que la ‘Oreja de Oro’ de RNE es el trofeo más significativo en la temporada de un matador de toros". Son palabras de Sebastián Castella pronunciadas anoche en el programa "Clarín" de Radio Nacional de España, cuando le dieron la noticia de que acababa de ganar por tercera vez en su carrera -la primera fue en 2006 y la segunda en 2009- uno de los trofeos clásicos de cada final de temporada. "Para mí es un orgullo grande, cómo torero francés, cómo torero a secas, matador de toros, ganarla -dijo-. Es un orgullo, un gusto, un privilegio y estoy muy agradecido a los oyentes y a toda la afición, a los que votaron, a todo el mundo. Creo que la única manera de agradecerla es, si Dios quiere, en 2016, seguir al mejor nivel y, si puedo, un poquito más. Estoy muy agradecido y muy feliz”.

 

XXIII ème trophée de la Feria de San Isidro

Club taurin "Villa de Pinto"

 

Triomphateur de la San Isidro : Sébastien Castella 

Aplausos Novembre 2015 

Nouvelle épée !!!

 

Toreo del siglo XXI

Un doctor en Farmacia cordobés patenta una espada de acero quirúrgico 

 

Muchas veces se ha hablado de adecuar el espectáculo taurino al siglo XXI, sobre todo por aquello de hacer comprender que uno de los momentos más decisivos de la lidia es la suerte de matar. Es ésta un caballo de batalla que esgrimen los antitaurinos a la hora de arremeter contra los toros.

Sin embargo, y al igual que se innovó con las banderillas, llega ahora algo que puede cambiar, radicalmente, dicha suerte, tanto en el aspecto visual como a la hora de entrar a matar los diestros.

Y es Rafael de Lara, un jiennense afincado en Córdoba, ha creado (ya está además patentado) un estoque que evitará la sangre y el sufrimiento del animal y que podrá propiciar, además, mayor índice de triunfos.

Detalle de la empuñadura y la parte de los pernos y el depósito- J. M.

De Lara es doctor en Farmacia, diplomado en Sanidad y exprofesor de la Facultad de Farmacia de Granada e investigador. Y, por supuesto, un extraordinario aficionado a la Fiesta.

El prototipo diseñado está realizado con acero quirúrgico, el mismo elemento del que están compuestos los bisturíes. A simple vista parece un estoque normal. Sin embargo contiene sustanciosas diferencias, algo que ha comprobado ya el matador de toros de Salteras Manuel Jesús «El Cid», quien ha quedado encantado con este prototipo. En breve, precisamente, lo hará en la práctica.

Técnicamente, la forma triangular de la parte de abajo permite el drenado, por medio de un canalillo, de la sangre, que llega hasta un depósito en una cápsula superior —situada debajo de la empuñadura—, con lo que la que se ve es mínima. Por otra parte, la punta curva consigue un mejor acceso a la hora de entrar, evitando desgarros y daños innecesarios.

Justo debajo de la cruceta de la empuñadura y de la cápsula que recoge la sangre, hay dos pernos laterales que posibilitan que el estoque pueda girar y redirigirse. Al no ser la espada laminar no es flexible y, por lo tanto, evita el efecto ballesta que muchas veces hacen los estoques, saliendo disparados y llegando incluso hasta los tendidos. También evita que el toro «escupa» el acero una vez introducido. Por lo que respecta a la empuñadura, tiene también una pequeña amortiguación para evitar daños al torero en los escafoides.

Patentado por el doctor en Farmacia Rafael De Lara, es de acero quirúrgico;la forma triangular inferior permite el drenado de la sangre, que llega hasta una cápsula donde se deposita

De Lara se ha puesto en contacto con el abogadoJoaquín Moeckel para considerar si es legal y reglamentario. En un primer estudio, «es perfectamente legal y ajustado a Derecho».

Este estoque es fruto de rigurosos estudios, pruebas informáticas y conocimiento de la anatomía del toro. De Lara le llama «La espada de la suerte». Por cierto, no hay que afilarla, ya que lo que corta es el conducto triangular inferior.

Además de El Cid, Morante también se ha mostrado interesado. Por cierto, preguntado el inventor cuánto cuesta esta espada, lo tiene muy claro: «Cien orejas».

 

11.14 - Interview Tendido Cero :

 

 

“LA VIDA ES BELLA” 

 

CASTELLA:” Como dije en la carta, ya necesitamos despertar y salir del armario porque hace falta, espero que lo vayamos a hacer… ¡YA!.

Castella ha sido entrevistado por Federico Arnás director de Tendido Cero en la Cineteca de Madrid ya que forma parte de su personalidad y gustos, el cine una de las grandes aficiones de el torero francés; Sebastian ha analizado su temporada a profundidad con mucha verdad y opinión de la misma externando cada una de sus emociones y su sentir en las plazas recorridas en tan larga temporada como él mismo señala ” Una temporada completa, de felicidad, contenido, de más a más, regularidad y disfrute, rebuscarse, con la rivalidad del toreo”. ”

Sebastian recalca sus emociones encontradas en Madrid, la pasada Feria de San Isidro en donde se convierte en el máximo triunfador con el toro “Jabatillo” de Alcurrucen, a lo que el comenta que influyeron muchos factores como el cartel, la ganadería, asegurando que fue un día clave.

“Mas alma, más sentimiento, más vida”

Nosotros como sus fieles seguidores admiramos y respetamos enormemente el esfuerzo y sacrificio del día a día que ejerce nuestro torero, rebuscándose para encontrar un toreo profundo, estético, artístico y sentido, y como él lo ha dicho en la entrevista,:” este año puede ser el que más lo he conseguido” disfrutando del toreo como cuando se es niño, con esa verdad y pureza, un juego que después es una película de Oscar.

Tenemos claro que no siempre todo es blanco, la vida como en todo es un constante blanco y negro a lo que habrá que sobreponerse, así como nuestro torero lo afirma ” No son los días de triunfo que te hacen crecer, más bien son los días de pasarlo mal”. A lo que nosotros comentamos que lo que realmente importa es el toreo verdad, lo que sé es capaz de transmitir al tendido, las orejas son premios pero cuando se torea con el alma, es un sentir visible para los corazones castellistas.

Para él es un aspecto primordial el blindar la fiesta de los toros y  hace un llamado a darnos la mano todos, apoyar lo que es el mundo del toro, lo que nos hace vivir y soñar, a cuidar lo nuestro.

Aterrizado siempre en el presente centrado en seguir su temporada y ser mejor torero.

Al finalizar la entrevista Federico Arnás le pregunta ¿Que título podría a una temporada de película ? , a lo que él responde :-” UNA TEMPORADA DE SUEÑO” finalmente a sugerencia de Arnás la titulan “LA VIDA ES BELLA” .

Tantas emociones que nos han hecho vibrar, el corazón latir al mil, faenas grabadas en mente y alma, agradeciendo siempre a nuestro torero ser el pilar de nuestra felicidad e inspiración para el resto de nuestras vidas.

“No importa en dónde estes, ni en donde nos encontremos, siempre estarán nuestros corazones en cada plaza”.

 

10.28 - Ruedo Newton -  Compte-rendu :

 

 

Il est toujours assez facile de gloser - même si parfois c’est de façon péremptoire, grandiloquente ou sentencieuse - sur un artiste et son œuvre pour tenter de transmettre quelque chose de nos admirations ou au contraire de nos aversions. Il me semble, à l’inverse, beaucoup plus difficile de parvenir à partager et à rendre compte de façon juste, profonde et vraie d’une belle rencontre. Une de ces rencontres qui vous transporte littéralement dans une espèce d’euphorie tranquille et sereine, sur le territoire de l’autre, (le terrain, diront les taurins) sans être intrusif, au contraire, avec bienveillance, empathie et confiance.

Une belle rencontre, c’est un de ces moments rares où dans le silence du regard de l’autre, dans la complicité des non-dits, on reçoit et on comprend cet « étranger » dans l’intimité de son mystère et les secrets de sa richesse. Rendre compte de cette incongruité si réjouissante c’est autre chose, un véritable défi !

Pas facile de raconter, de partager cette obscure alchimie et cette incandescente magie qui fondent l’indicible charme de ce moment d’exception sans prendre le risque de trahir, d’être impudique, imprécis, disgracieux ou vulgaire…

Par où commencer donc ?

Dire d’abord que cette rencontre, si on l’espérait depuis longtemps, sans y croire vraiment, est l’aboutissement d’un faisceau de circonstances favorables et la conjonction de contacts plus ou moins hétéroclites qui vont de la candeur souriante de la belle Luna, aux photos, à la détermination souriante d’Eugénie, en passant par l’entregent d’une Hélène, l’amitié de Mehdi et de Jérémy, à l’envie de Patricia de flâner dans Paris et la force de mon propre désir. Cela a donc fini par arriver parce que tout a concordé et qu’enfin le Maestro nous rejoigne à Paris, au Ruedo Newton.

Ensuite… Je ne saurais comment vous dire précisément… mais, disons que je n’aie pas pu, ni su la « ramener », comme on dit, incapable de dire quoi que ce soit qui puisse initier un semblant de lien social sinon amical. Il m’a même semblé à un moment n’être pas vraiment à la hauteur des convenances a minima, tétanisée que j’étais par l’enjeu…

C’est étrange, à ce niveau et vus mon âge et ma bosse usée à bien d’autres rencontres qui en apparence semblaient à d’autres, mais pas à moi, plus graves et plus difficiles, ce n’est plus de la timidité. Certes un peu l’émotion, mais assurément c’est autre chose… Comme s’il était impossible de partager ce qui est de l’ordre de la fascination. Les artistes me fascinent, tous… et en plus les toreros artistes me rendent curieusement midinettes. Sans doute parce que j’ai la conviction que les artistes et leur art, quel qu’il soit, sont le véritable socle de nos sociétés. Ils sont les inventeurs de notre vérité, certes avec des artifices et des mises en formes souvent sophistiquées, quelquefois très simples ou plus alambiquées, voire absconses, mais toujours sans tricher, (d’un torero, on dit qu’il trompe sans mentir) hors des codes, des modes, des clichés, des idées reçues et de nos références convenues. Ils sont les vraies racines où s’ancre notre monde parce qu’ils l’inventent, le ré-inventent sans cesse, le ré-enchantent, tout en le questionnant avec un esprit de liberté, une acuité sans compromis, une inquiétude créative et un engagement fondamental. Ils aiguisent sans cesse nos regards et positivent nos angoisses et notre désarroi. Dans cette quête qu’ils partagent, ils incarnent aussi un paradoxe apparent qui les caractérise : Ils sont essentiels parce que résolument inutiles, ils sont indispensables parce que de l’ordre apparent du superflu, ils sont toujours fondamentaux parce que définitivement accessoires… Et oui ! Alors à quoi sert le combat et la quête du torero ? à rien ! Sans doute, mais c’est justement cette « gratuité » qui participe à la beauté du geste et à surmonter l’iniquité et la platitude de notre quotidien. C’est vrai qu’on pourrait être tenté de s’en passer, mais ce serait alors glisser inéluctablement vers ce que l’on appelle la Barbarie… et nous n’irions pas très loin.

L’art, les arts et les artistes et leur obsession de la forme, leur désir d’esthétique ou d’une autre, la transcendance qui transfigure, l’élégance qui les accompagne, le souffle de la beauté qui les anime font, fondent et sont le socle, l’essence et le sens même de nos vies si dérisoires et de nos avenirs si fragiles.

Alors c’est peut être la perception de ces évidences, trop grandes, trop lourdes et si vraies, qui, à travers le regard de cet artiste, toujours en quête de cet absolu, de ce geste parfait, toujours sur ce qui vive et en alerte, me bouleverse au point de me clouer le bec… Je ne sais pas, mais ce qui est sur c’est qu’avec cet invité, avec sa recherche sans faille d’une certaine harmonie avec le monde, avec lui même et avec les autres, je suis impressionnée au plus haut point et au plus profond de mon être.

Nous qui passons notre temps à faire semblant, à trouver des compromis pour s’en tirer, à enjoliver pour faire plaisir, à mentir par omission pour ne pas blesser, à se faufiler pour y arriver, à manier le subterfuge et le faux semblant, on se retrouve là, comme ça, face à un homme jeune qui ne sait pas tricher, ne veut pas tromper, ne se la raconte pas, ne se vante jamais, ne se dissimule pas non plus, qui marche toujours à découvert. Impressionnant de le voir se planter devant un sénateur écolo très connu, l’inviter à une corrida, et lui proposer en ensuite très calmement de participer aux débats – une autre façon de faire le pendule !-. Il impressionne aussi parce qu’il avance, crée et invente sa vie, en forme de faena, avec détermination, beaucoup de travail et de renoncement, bien sur mais surtout une recherche d’absolu et de perfection sans compromis.

C’est déroutant, tant il est direct, franc, loyal et toujours sincère. Dire aussi que l’intensité de la rencontre tient aussi au fait qu’au Ruedo, on a su lui proposer un climat sans emphase, sans fatuité déplacée non plus, sans solennité abusive ni cérémonial pompeux, des postures qui n’auraient pas convenu à notre invité, tout en lui proposant des moments d’exceptions.

Dire aussi et par ailleurs, que pour que la rencontre soit belle et enrichissante pour tous, il a fallu la mériter. Elle doit être préparée, pour devenir concrète, réelle et ne pas rester du domaine du fantasme et de l’illusion. Il a donc été nécessaire ( mais c’est vrai de toutes rencontres) de faire fi des idées reçues… « tu sais il ne dit rien parce qu’il ne sait pas s’exprimer »,

des a priori : « tu sais il ne dit rien parce qu’il n’a rien à dire »,

des à peu près « il n’aime pas les gens… enfin il a ses têtes »

des partialités imbéciles « il est français et ça limite… »

ou encore des racontars « il est triste et toujours ailleurs »

Non, Il faut arriver « limpio », si je puis dire, et se laisser embarquer…

Et là, Zocato fut à la hauteur de cet enjeu, lui qui avait souvent critiqué le Maestro, lui qui n’avait pas forcément vu l’artiste, ni compris le personnage, avec beaucoup de modestie et d’humilité non feinte, en grand professionnel aussi, il fut poussé par Francis Marmande, très facétieux et pertinent, comme d’habitude, à s’expliquer et à avouer que son opinion avait changé. Il s’était longtemps trompé. Il sut reconnaître que cette année à force de patience, de travail, Sébastien avait touché sinon le graal au moins la grâce. Une grâce et un art, un duende que le Zocato avait apprécié à sa juste valeur. Le maestro, à son tour, avec humour et presque tendresse, affirma qu’il appréciait notre journaliste préféré et complice, parce qu’ll était en quelque sorte un « capteur de l’Arte ! ». Il voulait dire par là que le journaliste savait dire ce que lui n’était capable d’exprimer qu’avec sa muleta. Il savait voir et dire sa vérité de son art. Ce fut un moment émouvant. Pour un homme réputé mutique, il avait résumé, de façon juste, avec élégance et une grande délicatesse la vérité de notre ami.

Des moments comme celui là, il y en eut plusieurs. Il répondit à toutes les questions, celle de l’érudit Hédouin, celle de l’autre Francis, le philosophe, qui lui rendit un bel hommage et bien d’autres encore. Le maestro, l’artiste, se prêta au jeu de ces questions très intéressantes car il me l’avoua lorsque plus tard, nous nous fumes un peu plus « adoptés », il avait envie et besoin de parler, de raconter et de partager. Il fut en cela très généreux et très prolixe. Il avoua qu’il préférait l’art de la photo plutôt que la exhaustivité sans relief du flux de la vidéo, pour rendre compte de ce qu’il crée dans l’arène avec le toro. Il avoua très simplement et sans animosité qu’il regrettait que ces collègues de ruedo (et pas des moindres) l’aient laissé tomber lors de sa lettre ouverte. Il parla beaucoup de la mort du toro, de son amour des animaux, du plaisir qu’il avait pris tout au long de cette belle temporada, de ses filles, les petites, de Patricia aussi son épouse belle comme une reine, attentive, souriante et pétillante, pleine de joie de vivre et de cette énergie où on sent qu’il se ressource, et de ses petites superstitions, de ses grandes craintes, de son parcours, des gens qui l’ont accompagné, de ceux à qui il doit beaucoup, de son art, toujours de son art et de sa volonté d’être et de rester un artiste de premier plan, pour donner au public ce qu’il attend et même plus.

La soirée fut riche et nous étions nombreux à vouloir prolonger.

De notre côté, nous avons eu la chance de prolonger par une visite du Sénat, en toute simplicité avec Didier Guillaume, aficionado, membre du Ruedo, Sénateur de la Drôme, et Président du groupe socialiste au Sénat, visite à laquelle notre torero avec son épouse fut très attentif et très intéressé. Il posa des questions sur l’histoire mais aussi sur le fonctionnement de l’institution. Il sut aussi répondre à ce sénateur écologiste (voir plus haut). On le vit aussi photographier, parce que pour lui, il ne s’agit pas seulement de mettre de l’art dans la vie mais de faire de sa vie tout un art où tout est source d’inspiration : des motifs ici et là, rideaux, moquettes, détails d’architectures, que peut être nous retrouverons sur un de ces costumes de lumière.

Pour finir, on l’espère provisoirement, nous avons été déjeuner chez Dutournier, le plus étoilé des aficionados, qui sut nous recevoir, en artiste lui aussi avec élégance et grande classe, il fit honneur au torero artiste qui vous l’aviez compris m’a tant impressionnée.

Donc c’est vrai, je suis restée quasiment muette mais je me rattrape ici dans ce papier, où je voulais lui dire merci, à lui, à Patricia et à toutes celles et ceux qui ont permis ce beau rendez vous. Je voulais juste que vous compreniez que nous avons rencontré une belle personne, un être d’exception, à tous les points de vues, et un grand artiste, qui n’a pas fini de nous étonner !

Alors, nous les fans de la première heure, (dont moi-même bien sur et l’ami Francis Marmande, assurément) on vous exhorte à le suivre, à être attentifs à tous ces gestes, et ainsi à comprendre ce qu’il a de différent qui participe à nous faire voir le monde autrement et convenir définitivement que la vie est si belle. On ne s’est pas beaucoup parlé mais j’ai le sentiment que l’on s’est compris. En tout cas rendez-vous est pris, dans les ruedos bien sur (le 15 novembre à Lima, le 20 Novembre à Juriquilla au Mexique, le 6 décembre à Mexico et le 29 décembre à Cali et le 5 fevrier à nouveau à Mexico). Et au Ruedo Newton, l’année prochaine, il nous l’a promis et, vous l’aurez compris, cet artiste est un homme de parole. Nous pouvons compter sur lui.

Suerte maestro.

10.30 - Hommage de Jean-Marie Magnan :

 

 

                                               Valencia, Les Fallas 2015

Cher Sébastien Castella,

 

J'écris des phrases pour voler leurs passes aux toreros. Je prends un tel plaisir à les piller, vous en particulier. Vous ne vous contentez pas de mimer le toreo avec des détails exquis, mais l'incarnez dans sa plénitude fusionnelle. Un vaste apaisement descend sur l'arène. La faena se fait plus lente, plus coulée, plus sentie. Souveraine, languide, l'éternité vous invite à un ultime défi.

 

Ce 15 mars 2015 à la féria de Valencia, vous avez joué une merveilleuse musique avec Juncoso le cinquième Nuñez del Cuvillo, dont le nom erre entre jonc et flûteau selon les envolées poétiques de l'éleveur. Vous l'avez conduit dans la gloria et rendu aussi heureux que peut l'être un brave, avant de le foudroyer.

 

Permettez-moi de célébrer l'enchantement : La fluidité des leurres se déroule comme coule une source à laquelle se désaltérerait à grandes lampées le taureau assoiffé. Fraîcheur et limpidité d'un jet d'eau dont la gerbe s'épanouit en mille fleurs. J'y écoute la plainte éternelle qui pleure dans les bassins et c'est d'une poésie si douce, si légère : Un frisson sur de la mousse.

 

La cime ne se discute guère et pas davantage l'abîme. La complication réside dans l'entre-deux où la critique reprend ses droits à ratiociner. Plus accueillant aux rafales d'inspiration, réconcilié avec votre grain de folie, vous nous faites ressentir la brûlure de toutes les métamorphoses, vous déroulez dans nos têtes les chaînes entières des aurores.

 

Vous faites résonner en moi les olés qui brisent les vains mots.

 

                                                                  (Paru dans Toronotes

10.27 - La Razon :

 

 

Castella recoge el vestido «Rioja y oro» al triunfador de San Isidro

 

27 de octubre de 2015. 17:42hLa Razón.  Madrid.

López Simón, baja en Guadalajara

 

El torero francés Sebastián Castella recogió en Madrid la XIII edición del vestido de torear «Rioja y Oro», que cada año concede el Centro Riojano de Madrid al triunfador de la feria de San Isidro, de manos del presidente de La Rioja, José Ignacio Ceniceros.

Castella, acompañado de su apoderado Manuel Martínez Erice y de su equipo de comunicación al completo, confesó sentirse «muy honrado» de recibir un premio «tan importante, tan bonito y tan especial» como el vestido «Rioja y Oro», confeccionado por el sastre Antonio López, y que estrenará, como él mismo ha reconocido, «el año que viene en Madrid», según informa Efe.

«En la vida de un torero hay muchas tardes de triunfos, pero la que viví el pasado mes de mayo con el toro «Jabatillo», de Alcurrucén, fue de las más especiales de mi carrera, primero por encontrarme con aquel toro tan bravo y después por torearlo de aquella manera. Es algo que queda para mí, para la historia de la plaza de Madrid, para la historia del toreo», señaló Castella.

El presidente de La Rioja José Ignacio Ceniceros, que presidió su primer acto del «Rioja y Oro» como jefe del Ejecutivo regional, elogió a Castella, considerándole un «gran torero» que ha redondeado una «extraordinaria» temporada gracias a «la serenidad y la pureza» de su concepto, con el que está llamado a «marcar una época».

«Castella ha sido el justo vencedor de un premio que representa nuestra tierra, La Rioja, la cual siempre ha defendido la Fiesta, a pesar de que actualmente no sea fácil hablar de toros por culpa de ese debate maniqueo que hay hoy en día en nuestra sociedad con el que sólo se busca oscurecer de manera ventajista todo lo que tiene que ver con lo taurino», ha manifestado Ceniceros.

Para el presidente riojano los toros forman parte «nuestra cultura y nuestras tradiciones», de ahí que considere que a España le sobre «soberbia e imposiciones» y le falte «diálogo y respeto» para todo tipo de opiniones.

El ministro consejero de la embajada de Francia en España, Cyrille Rogeau, estuvo presente también en el acto y se ha congratuló de que el país galo cuente con una personalidad «tan importante» como Sebastián Castella, a quien consideró «el mejor embajador de Francia en España».

Junto a ambos representantes de la política española y francesa, en la entrega del trofeo intervinieron también el presidente del Centro Riojano de Madrid, Pedro López y el presidente del jurado y patrocinador José Pedro Orio.

Hasta ahora, en las 13 ediciones en las que se ha entregado este premio, han recibido el vestido «Rioja y Oro», los diestros José Pacheco «El Califa», Rafael de Julia, Antonio Ferrera, Alejandro Talavante, José Tomás, Luis Francisco Esplá, Julián López «El Juli» (dos ocasiones), José María Manzanares, Joselito Adame, Miguel Ángel Perera y Sebastián Castella, mientras que únicamente en 2012 quedó desierto.

Logroño :

 

 

Semana Grande :

 

UN VRAI "MANO A MANO"

Mercredi 23 septembre - Logroño

La feria de San Mateo s'est terminée en apothéose avec un très bon lot de Fuente Ymbro, à l'exception du premier, et deux toreros en grande forme, vivant l'une de leurs meilleures temporadas, rivalisant de talent et de courage.

.../...

Castella a été remarquable avec la cape, imposant de pouvoir, de quiétude et de classe avec la muleta, et colossal avec l'épée: trois estocades dans le haut, parfaitement exécutées. Profond et délicat avec le deuxième; s'imposant avec maîtrise et élégance à l'exigeant quatrième; faisant front avec un courage de spartiate au difficile sixième, il est vrai peu piqué, lors d'une faena d'intensité dramatique, au son de "Brisas de Malaga" et émaillée d'un violent accrochage, la corne transperçant sa veste avant de chercher la tête du torero couché au sol lors d'interminables secondes.

Une vraie corrida, un vrai "mano a mano", avec de vrais toros. Et point de triomphalisme exagéré.

09.15 - Pour vous,

un peu ancien mais... 

Sebastián Castella: «Abandoné el cuerpo, toreé con el alma y toqué el cielo»

ROSARIO PÉREZ CHAROABCTOROS / MADRID

Día 29/05/2015 - 18.04h

El gran triunfador de lo que va de San Isidro desgrana sus sensaciones tras su colosal faena

 

JOAQUÍN ARJONA

Sebastián Castella, feliz tras el triunfo

Apenas han pasado 24 horas de su monumental faena y hoy sueña de nuevo con ella. ¿Ella? Se llama Madrid, la plaza en la que, a lo Kandinsky, templó las teclas espirituales que hacían vibrar a 24.000 almas. «Toqué el cielo», dice Sebastián Castella un día después de un 27-M para la memoria de Las Ventas. Su pieza bien valió la Puerta Grande, que cruzó como un Cristo en procesión por tantas manos que querían tocarlo, mientras le arrancaban cada adorno del vestido. Buscaban un pedazo de recuerdo de la colosal obra de San Isidro (y de muchas ferias). La máxima figura de Francia emocionó, venció y convenció. De momento, es el indiscutible triunfador y difícil será superar las cimas conquistadas.

–¿Cómo es ese cielo capitalino?

–Mágico. Condensa muchos sueños y muchos momentos de aprendizaje. Torear de esa manera es lo que uno sueña y entrena a diario, una eternidad, una vida entera. Y digo una eternidad porque, si somos sinceros y con toda la humildad por delante, me topé con un gran toro y pude crear una obra de arte. Hacer algo así en un día tan señalado, tan significativo, con esa expectación, pasa muy pocas veces en la Historia, y el miércoles sucedió. Todo eso es soñar y tocar el cielo. Y el toreo.

«Quería la cabeza del toro, pero se la llevaron los ganaderos»

–Habla de sueños... Cuenta la leyenda que el buen destino se alía con los soñadores.

–Es cierto. Cada vez que voy a andar y correr, paso horas y horas solo. En esa soledad tengo muchos pensamientos y surgen los sueños, los que imagino y quiero cumplir. Y cuando alguno se hace realidad parece hasta impensable.

–Tampoco faltarán las pesadillas en esa senda de la epopeya y el arte...

–Son momentos de aprendizaje. Yo no los calificaría como malos, porque son necesarios y ayudan a crecer y saborear más lo bueno. Esta tarde, al igual que en mi primera de San Isidro [cortó una oreja], pude disfrutar. Es el primer año que estoy disfrutando en Madrid, disfrutando del toreo, de todo.

–¿Por qué justo ahora?

–Porque, aunque paso muchos miedos, me mentalizo en disfrutar. Y llega un momento en que la mente es tan poderosa que domina todo lo demás. Cuando llegas con los deberes hechos, te centras y brota.

«Me topé con un gran toro y pude crear una obra de arte»

–A lo Julio César llegó, vio y venció. Y con el mejor toro de Alcurrucén «mondó» a los demás.

–Eso es relativo, sencillamente este día me tocó a mí, y doy las gracias. Lo que no hay que dejarse es ganar la pelea. En dos tardes he podido hacer lo que soñamos todos.

–¿Pidió la cabeza de «Jabatillo»?

–Sí, pero por sorpresa no me la dejaron, pues se la llevaron los ganaderos. Me hubiese gustado llevármela.

–Tuvo un recuerdo para don Pablo Lozano (padre de su exapoderado).

–Sí, porque ha sido partidario mío siempre. Me dio alegría por dos razones: porque la ganadería se vuelve a poner en su sitio y también por mí, que me vuelvo a poner donde quiero estar. Por supuesto, me alegré por toda mi gente, mi familia, mi cuadrilla, mi apoderado, mis seguidores...

«Don Pablo Lozano ha sido partidario mío siempre»

–Transmitió una profundidad y una paz sorprendentes en la arena más exigente, que incluso traspasaban la pantalla televisiva.

–Es lo que llevaba dentro, lo que sentía, y lo saqué: me olvidé del cuerpo, lo abandoné y toreé con las muñecas y el corazón, con el alma, todo de verdad. Madrid es la plaza que me ha dado todo para estar en el camino. Me siento muy identificado con su afición y fue una maravilla verla puesta en pie en varios momentos inolvidables. Fue una faena completa, con capote y muleta. Casi... porque reconozco que la estocada no fue la que quería.

–No le gusta hablar de enemigos, pero ¿se venció Castella a sí mismo?

–Sí, totalmente, y el día anterior también. Me puse el listón muy alto y me superé. Ahora queda otro día. Es la única manera de crecer como torero: mejorar siempre la faena anterior.

«Es el primer año que estoy disfrutando de Madrid y del toreo»

–El 4 de junio, en su debut con toros de Adolfo, tiene la opción de ir de cumbre a cumbre...

–Ya veremos a ver qué pasa.

–¿Hasta la victoria siempre?

–Claro que sí. Me gusta ese lema del Che.

–¿A quién dice usted aquello de «si avanzo, sígueme; si me detengo, empújame»?

-A mí mismo. Soy mi mayor rival.

08.08 :

 

Toros 2000 :

 

SEBASTIAN CASTELLA : "POR DERECHO"…Y MUY BONITO!

     10 Août:  A voir: Jolie entrevue de Sebastian Castella, par Emilio Trigo, dans le cadre du programme "Por derecho", du site CULTORO.COM. 
     "Por derecho"… que l'on pourrait traduire : "Droit devant!", sans tricher; ou aussi dans le sens "Por derecho propio!"… "Par ses propres mérites!" - Et là non plus, il n'y aura pas de triche: Sebastian Castella "en su salsa", à la fois "sec et presque froid" et "totalement humain, sincère et Torero", avec de vraies valeurs, si souvent oubliées… 
     Un joli moment, à voir, à entendre presque les yeux fermés. Muy bonito !

 

Première partie :

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x30ne0b_por-derecho-sebastian-castella-1a-parte_creation

 

 

 

Deuxième partie :

 

http://www.dailymotion.com/video/x30ne0x_por-derecho-sebastian-castella-2a-parte_creation

 

 

 

08.06 - La Heroica 

 

Notre maestro à reçu chez lui ceux de l'association pour laquelle il torée le 16 Août.

 

 

2015.06.16 - Inauguration du musée taurin de Beziers

06.05 : Semana grande :

 

UNE FAENA MONUMENTALE A LAS VENTAS

 

Coïncidons sur le terme avec notre prestigieux confrère, et néanmoins ami, Barquerito : Sébastien Castella a réalisé en ce jour, une faena monumentale, à son troisième, un excellent exemplaire d’Alcurrucen.
Bien fait, élancé, sans graisse, très bien armé, ce pensionnaire des frères Lozano chargea avec bravoure les étoffes dès les premières passes de cape. Sébastien ouvrit la sienne et le quadrupède plongea tête baissée dans des véroniques, vibrantes et profondes.

Le toro prit deux piques, la première en arrière et la deuxième simulée, en poussant. Ce manque de puissance au cheval sera le seul reproche. Il n’y a pas de toro parfait.
Le début de faena fut éblouissant, comme seul Castella est capable d’en faire, mais jamais aussi bien qu’en ce jour : deux changements dans le dos, le premier à toro arrêté, incroyable de précision et de quiétude, puis, d’un seul mouvement, changement de main, signature par le bas, en toréant vraiment. Indescriptible. Jamais je n’avais vu le public de Las Ventas se dresser comme un seul homme à l’issue d’une première série de muleta. Dès lors, la faena se déroula dans l’extase collective, malgré un désarmé dans la première série à gauche, car l’Alcurrucen, brave, noble, encasté à souhait, n’avait rien de docile : il fallait être à la hauteur de son rythme, de son impétuosité et de sa profondeur. A chaque charge vibrante du toro, le torero répondait par des séquences encore plus intenses, longues, amples. Des deux mains, il y eut l’accord parfait, mesuré, chanté, décliné, mariant la pureté et l’originalité. Un monument. J’avoue, pour ma part, me rendre aux arènes tout au long de l’année en rêvant de voir un tel toro charger et un torero le toréer de la sorte. Après des naturelles sensationnelles en conduisant « Jabatillo » tout au long de son corps, le maestro de Béziers signa des droitières profondes, conduites jusqu’au bout du monde. Des doblones, une sculpturale passe de la firma terminèrent le chef d’œuvre. Comme dans les grands morceaux littéraires, la signature est toujours à la fin… Une entière de travers – seule ombre au tableau – et deux oreilles acclamées, avec tour de piste, plus discuté, au toro. Fallait-il donner le mouchoir bleu ? D’autres toros, dans cette féria, le méritaient-ils autant ? C’est possible, mais pourquoi bouder son plaisir quand tout se conjugue à merveille ?

Il va encore se passer plein de choses cette année, mais nous avons eu la sensation d’assister à l’un, sinon au sommet de la temporada 2015.

(…)

A la sortie des arènes, la célèbre chanteuse de flamenco Maria Toledo criait « « Vive Béziers ! » Et on serait tenté de lui répondre : « Vive Castella !... Vive le grand Castella ! »

 

Marc Lavie

Semana Grande du 1-06-15

Interview Stéphane Guin :

 

http://corridaycampo.blogs.midilibre.com/

 

Interview de Mica Cressenty :

CASTELLA, MÁS PROFUNDO

Sebastián Castella llega a los 15 años de alternativa en plena forma y vigencia. El aspecto de chico tímido y serio le ha conformado un halo de misticismo al que se une su toreo más cercano a la muerte que al folclore.

El torero francés más internacional se sincera en su entrevista más personal y abierta en la que aborda todos los temas, incluso los más polémicos, cuando ya ha comenzado su temporada decisiva.

'Comienza la tercera etapa de mi carrera'. Así de contundente se muestra el de Beziers tras su triunfante paso por México, Valencia, Castellón o Arles. Así arranca 2015, 15 años después de que un francés irrumpiera con una fuerza desmedida en los ruedos españoles.

RECUERDOS

'El toreo es aprendizaje en cada instante. Guardo muchos recuerdos, tanto en los buenos momentos como en los malos. Pero también los hubo muy difíciles que me enseñaron y que me hicieron madurar tanto en el aspecto profesional como en el personal.

Desde luego, todavía no he llegado a mi punto culminante, estoy feliz a nivel taurino pero aún me falta algo'.

 

FELIZ EN EL RUEDO

'Sabes... cuando empezaba y quería ser torero, estuve fuera de mi casa y no fue nada fácil. Entonces tuve que abrirme paso, triunfar, hacerme un nombre, en ese momento lo entendí a la perfección y me ayudó a madurar.

Hace tres o cuatro años sufrí un bache, me dejé un poco, no estaba como deseaba y la verdad es que esa situación me conmocionó pero también me ayudó a entender bastantes cosas. Eso me permitió disfrutar.

Al final de la temporada pasada llegó un cambio de apoderamiento que volvió a ponerme los puntos sobres las íes, me volvió a poner los pies sobre la tierra'.

 

 

CAMBIO DE APODERADO

'Más que el cambio de apoderado, me ha venido bien todo lo que ha conllevado. Voy a ser muy sincero, quiero agradecer a mi apoderado anterior, Luis Manuel Lozano, con quien he vivido una gran relación profesional y humana. Aún así, hay veces que llega un momento en el que para seguir creciendo necesitas otras cosas, una manera nueva de hablarte y de abordar las cosas.

Con Manuel (Martínez Erice) el feeling ha sido muy rápido. Antes de torear siento mucho estrés y me encierro en mí mismo. Manuel es capaz de resistir este momento y me habla, encuentra las palabras adecuadas para que yo me abra y charle con él para evacuar lo que llevo dentro. Eso es muy importante para mí. Si me visto de torero relajado, voy a la plaza más tranquilo. Por eso fue una suerte cambiar de apoderado.Fue un mal para bien.

He tenido bastante suerte de poder tener a mi lado a un gran profesional pero aún he tenido más suerte de tener a Manuel conmigo. Espero triunfar para poder devolverse todo el bien que me aporta. Sería la mejor forma de agradecérselo’

NUEVA ETAPA

'Así es. Será la tercera etapa de mi carrera. Fue un golpe cambiar de apoderado pero por otra parte me quedé más aliviado. Desde entonces he vuelto a entrenar como el matador de toros que era hace dos años.

Antes de torear en la México, donde entré por vía de la sustitución, no tenté ni una vaca ni meté un toro. Volví a entrenar como en mis debuts: correr, toreo de salón horas y horas... Es lo que me faltaba, esa raza de querer triunfar de nuevo pero con 15 años de alternativa.

Tengo las ganas del debut pero con esa experiencia acumulada en todos estos años. Creo que se ha visto en la temporada americana y el principio de la europea con los triunfos en Valencia, Castellón, Arles...

'

'NUEVO NO, DISTINTO'

'Desde principio de esta temporada no se ha visto a un Castella nuevo, sino a uno distinto. Ese es el Castella que busco con un toreo aún más profundo y arrimándome como me arrimaba en los años fuertes de Sebastián...

Bueno, como cuando me arrimo porque aún en los periodos menos propicios, siempre me he arrimado como el Castella de siempre. Nunca me rendí pero me ha faltado regularidad'.

 

FRANCIA (AUSENCIA DE NIMES,
MONT DE MARSAN, DAX...)

'¡Eso también es el toreo! Me he puesto en un cierto nivel en Francia con los empresarios porque mis triunfos solo se los debo a mi toreo. A pesar de haberme llamado, no hemos llegado a un acuerdo porque lo que me ofrecieron no correspondía con mis deseos. Tengo cierta categoría que hay que respetar. Además, hay un empresario que ha contactado conmigo de una manera que no era la más delicada ni la más respetuosa a nivel taurino. Eso no me gusta. No voy a decir su nombre, él se reconocerá leyendo. La próxima vez que se vaya a acercar a mí, espero que lo haga con más respeto.

Es un hecho que he estado en Nimes cada año desde mi alternativa y que el año pasado no triunfé pero no se debe olvidar todo lo que he conseguido allí. Recuerdo cuando maté los seis toros a beneficio de los damnificados de Haití, aunque podría haber suspendido la corrida por culpa de la lluvia, no lo hice aunque era mucho más cómodo para mí. Además, ese día programó una novillada matinal. Que no se olvide que lo he ayudado. Cada uno lo hace como lo entiende, así es el toreo pero, como he dicho, el toro pone a cada uno en su sitio. El coliseo lleva 2000 años en pie y no se va a mover'.

 

MADRID, UNA GESTA

'La idea de anunciarme con la corrida de Adolfo es un deseo. Ya lo hice hace poco en Istres con la corrida de Victorino. En Bilbao maté también la de Victorino pero no por gusto, sino por obligación porque necesitaba abrirme puertas. Esta vez es mi decisión, mis propias ganas de torear la corrida de Adolfo en Madrid. Me siento preparado y capaz para eso. Me mola la idea.

El resultado de Perera no me ayudó a decidirme porque es casi imposible que se repita lo acontecido. Primero, porque es Madrid con todo lo que conlleva y al frente de una corrida de Adolfo... Creo que es el año ideal para hacerlo porque va a ser mi año de remontar. Es ahora cuando hay que hacerlo.

Según al encaste al que te enfrentas, tu actitud debe ser completamente diferente. Lo de Santa Coloma, lo de Parladé, lo de Núñez son todos tan distintos en su manera de embestir. A raíz de esto, tu manera de torear cambia. No puedes tocarles de la misma manera, hay que presentar la muleta de manera diferente. Por ejemplo, al Victorino cuanto más lo toques bruscamente, embestirá más violento ya que es un toro que empuja con todo el cuerpo. Hay que añadir que es un toro al que hay que aguantar al principio... muy sencillo decirlo pero hacerlo es otra historia. También necesitas que te acompañe la suerte y que salga un toro que tenga cualidades'.

 

LA ENCERRONA DE EL PUERTO
DE SANTA MARÍA Y LOS ENCASTES

'En Francia no tengo la idea de hacer nada especial por los 15 años de alternativa. Ya lo hice encerrándome con seis toros cuando cumplí los 10 años en Nimes. No estoy aquí para celebrar los 10, los 15, los 20... No quiero robar corridas, no es mi concepto. Nunca lo he hecho y no voy a empezar ahora. Este año voy a hacer mi primera encerrona en España en El Puerto de Santa María, lo que era un sueño para mí. Será una corrida benéfica.

La corrida no será de diferentes encastes. Ya hemos vivido el otro día lo que pasó. ¡Hay que decir las cosas como son! Hay algunos periodistas que han querido vender la novedad de los encastes pero para hacer el toreo que reclama el público y que lo hace vibrar, el toro tiene que tener embestidas profundas. Hay ganaderías que aunque tomen diez puyazos, luego en la muleta lo único que hacen es llevar la cara alta como cazando moscas y mirar a los tendidos. Así no se les puede torear bien.

La verdadera bravura existe en otras ganaderías que tomen dos puyazos y que luego sean capaces de regalarte 50 embestidas en la muleta y ya estás tú para resolver los problemas. A estos son a los que hay que torear bien, aquí está la verdadera bravura para mí. Por eso quiero que sea una corrida con el mismo hierro, la estamos buscando en el campo. Si no la encontramos, echaremos tres y tres o tres ganaderías con dos toros'.

 

EL FUTURO

'Hace 15 años, cuando tomé la alternativa, pensaba que mi carrera iba a durar cinco o seis años. Todavía tengo la suerte de estar a buen nivel, quiero volver al que era hace poco. De aquí a dentro de 15 años... Francamente no lo sé.

El futuro es importante pero lo que más me interesa ahora mismo es el presente. Es cuando hay que hablar: ahora. La historia se escribe cada día. Es igual que una corrida, el toro sale y no sabes lo que vas a hacer con él ni qué va a pasar. Entonces no sé qué va a ocurrir dentro de 15 años, lo importante es lo que pase esta temporada. La corrida importante es la del 22 de abril en Sevilla, luego ya veremos...'.

 

SEVILLA, ALGO PERSONAL

'Lo que me falta en Sevilla es la Puerta del Príncipe, las orejas ya las corté. No soy el mismo Sebastián en Sevilla. Lo hablé hace unos días con Borja Domecq y me dijo exactamente eso: 'No eres el mismo Castella en la Maestranza'. Así es, desafortunadamente... Imagínate la presión que se siente en Madrid. Todos los toreros llegan a gusto a Sevilla y con presión a Madrid pero en mi caso es al revés. Llego a Madrid y estoy muy a gusto porque tengo la suerte de ser un torero de Madrid y haber triunfado allí. Me siento un poco como en mi casa aunque paso mucho miedo.

En Sevilla es el miedo escénico, no hay más explicaciones. Tengo fe en que algún día sobrepasaré este obstáculo y se podrá añadir una línea a mi currículum. Ya he triunfado en Sevilla pero quiero esa Puerta del Príncipe que me hace tanta falta y que todos los toreros sueñan con abrir algún día. ¿Cuántas figuras hay que no la abrieron? Manzanares, Camino, El Viti... Claro que quiero abrirla porque soy sevillano adoptivo: me fui allí de joven para continuar con mi carrera, tengo allí a mis amigos, mi mujer, mis hijas... Pero también porque soy francés ante todo. Alguno tienen tendencia a olvidar que llevo por todo lo alto los colores de Francia en cualquier sitio en el que toreo.

Cuando tengo unos días me encanta venirme a Francia, estar con mis amigos, ir al encuentro de los aficionados, estar en las ganaderías... No siempre tengo tiempo para hacerlo, por eso vengo poco. Es la única razón por la que estoy poco en mi país y me tuve que hace hijo adoptivo de Sevilla. Hay un refran que lo dice muy bien: 'Nadie es profeta en su tierra'. Este año me lo tomo con una filosofía diferente para darle la vuelta a la tortilla'.

Interview du maestro dans Mundotoro :

 

Madrid (España). Sebastián Castella cortó dos orejas del buen Cuvillo que fue premiado con la vuelta al ruedo. En declaraciones a Canal Plus Toros, triunfante, declaró: 'Le he podido torear a gusto, reuniendo todo lo que buscaba estos años. El toro fue muy bravo, lo he podido reducir, llevarlo a donde he querido y pasármelo muy cerca'. El francés cortó la primera oreja del festejo ante el segundo toro. Tras un espadazo que hizo rodar al toro sin puntilla, el francés paseó el triunfo: 'El toro tuvo cosas buenas, aunque al principio venía rebrincado. Hay que matar a la primera, pero la verdad es que el segundo ha sido un espadazo'.

 

Un article de Corrida Si (Pierre Vidal)  :

 

 

Sébastien Castella vient de confirmer sur son compte twitter qu'il tuerait la corrida d'Adolfo Martin pour la San Isidro. Ce sera la première fois de sa carrière qu'il affrontera cette devise. Il sera accompagné ce jour-là de Diego Urdiales -l'oublié de Séville- et de Manuel Escribano - qui a bien mérité cette place. Vaya cartelazo ! Sébastien sera deux autres fois annoncé au programme de cette San Isidro. Celui qui a été longtemps déprécié par une partie de la critique taurine sera l'élément central de la plus grande féria du monde, la plus sérieuse aussi. Ainsi, le torero bitterois fait honneur à la tauromachie française.

Auteur de "la" faena qui a marqué la temporada du sud-ouest de la France l'an dernier à Bayonne; injustement oublié à l'heure de la distribution des prix, Sébastien n'a jamais vraiment été prophète en son pays. Sauf qu'il a été plébiscité par le public malgré l'inimitié systématique d'une partie du "système", jaloux sans doute, relayé par des plumitifs stipendiés. Le public qui voit les choses comme elles sont, s'est évidemment rangé à son courage, à son talent et à sa force de caractère reconnue dans le monde entier. Sébastien, sagement, ne s'est pas mêlé de la polémique sévillanne, il ne s'est pas non plus coupé de ses pairs, les membres du G5. En cela il est aussi remarquable: il mène sa carrière avec intelligence et maturité. Par ailleurs, il n'est pas de meilleur camarade, notamment avec les toreros français. Aux gestes ostentatoires, il préfère une digne discrétion...

Madrid l'a adopté et consacré. Madrid l'a fait, peut-on même dire. Il revient avec humilité devant le dur mais juste public de la "Capitale du Monde" pour se soumettre à son jugement. C'est un geste, un vrai pour le coup et non pas une annonce publicitaire. L'essence même du toreo. Il remet son "titre en jeu", il le fait dans l'arène la plus exigeante du monde devant une des ganaderias les plus compliquées. C'est ainsi qu'on entre dans la légende; mais il est vrai que Sébastien y a déjà sa place.

Avec le retour de José Tomas à Aguascalientes, cet affrontement madrilène entre les sujets d'Adolfo Martin et le torero de Béziers sera l'autre sommet de la temporada.
PV

Un article de ToroFiesta :

 

 

 

CASTELLA

Le dimanche 1er mars, Sébastien Castella bouclera à Tijuana (Mexique) sa triomphale temporada américaine avec une corrida de Los Encinos qu’il lidiera  aux côtés d’Alejandro Amaya et El Payo. Durant la temporada, le Biterrois a triomphé dans les cinq pays taurins du continent…

- Grande Porte à la Monumental de Mexico.

- Sortie a hombros à Lima.

- Bonne temporada en Colombie.

- Triomphateur à San Cristóbal et Ambato.

sc25d

Après la corrida de Tijuana, Sébastien Castella partira en Espagne pour débuter sa temporada européenne le 14 mars à Castellón et le lendemain à Valencia…

 

01.11 - Duitama : Blessure !

 

Midi-Libre :

Midi-Libre :

Le lendemain, Castella s'est produit à Duitama et réalisé encore une performance notoire face à son premier adversaire. Au cours d'une naturelle, le toro lui a donné deux violents coups de tête sur la main droite qui ont blessé le Maestro. Pris en charge par l'infirmerie, il n'a pu revenir combattre son second toro car une coupure a nécessité la pause de cinq points de suture. Le choc a produit un hématome important qui interdisait au torero de fermer la main. Sébastien Castella va regagner prématurément ses quartiers sévillans et a déclaré forfait pour le Festival de lundi.

 Le Maestro espère retrouver ses moyens rapidement

Des examens radiologiques sont prévus pour déterminer s'il souffre d'une fracture des métacarpes qui pourrait rallonger sa convalescence. Affichant un beau niveau de forme depuis le début de l'hiver, Sébastien Castella espère retrouver ses moyens pour honorer des cartels importants à partir du 30 janvier avec des paseos au Vénezuela, en Équateur, à Medellin en Colombie et surtout son retour à Mexico le 5 février pour la prestigieuse corrida anniversaire après sa sortie en triomphe en novembre dernier.

 

L'article de Jean-Marie Magnan :

 

 

 

"POUR UN SÉBASTIEN CASTELLA EN 2015 :


Pourquoi ne pas mettre les lecteurs au parfum ? J'écrivais ce 9 novembre à Sébastien Castella avec qui je ne me suis jamais entretenu que par des signes lointains et des mails : Par chance, il y a Mundotoro et son site pour vous voir dans l'arène - même si ce ne sont que des fragments et des ombres chinoises. Drôle de temporada où vous n'avez jamais mieux toréé à mon estime et, où malgré de nombreux exploits et une bonne place au classement, la cinquième, on est resté un peu sur notre faim. Il est vrai que la mienne est grande en ce qui vous concerne. J'ignore si vous êtes au point de départ du changement d'apoderado ou si c'est El Juli qui vous a précédé dans ce genre d'initiative, mais l'on ne peut que s'en féliciter. Vous n'êtes pas bien vieux, mais cette seconde jeunesse rendra plus de  force à votre expression. Déjà Mexico se rouvre et vous inscrivez dans l'arène une de vos grandes faenas. Lima a suivi. Une bonne nouvelle en attire une autre. Curro Molina comme veedor risque aussi de changer la donne. Vous avez dû lire mon inquiétude sur le mauvais sort qui vous accompagnait dans le choix de vos adversaires depuis ces deux dernières années. Quelques bons taureaux, rarement les meilleurs, souvent les plus médiocres. Bien sûr, cette malchance fut remarquée en particulier à Séville en septembre. La cime ne se discute guère et pas davantage l'abîme. La complication réside dans l'entre-deux où la critique reprend ses droits à ratiociner. Avez-vous croisé cette année Jean-Baptiste en dehors de Béziers ? Je lui ai vu exécuter plusieurs faenas de grande qualité dont une à Istres, deux à Arles et une dernière à Nîmes

 Il pourrait repartir comme en 2007, où il était apodéré par Santiago Lopez et où vous aviez partagé le trophée de la Presse des mains du roi. Je croise les doigts pour vous deux. Retrouvailles avec Curro Molina - Excellent banderillero, d'une extrême précision avec la cape, il possédait un diagnostic infaillible pour confirmer à son maestro les conditions de l'adversaire. Un dialogue silencieux le reliait à Sébastien Castella. Un clignement leur suffisait pour tout se dire. "En un regard on se comprend. Trouver cette complicité demande du temps", se félicitait Sébastien Castella. Des problèmes d' adducteurs obligèrent Curro Molina à la retraite et privèrent Sébastien Castella de son  homme de confiance. Il revient pour superviser le choix du bétail.

 LA CHENILLE ET LE PAPILLON 

 La ténacité à s'imposer de Sébastien Castella contre vents et marées et au prix d'une vingtaine de blessures, n'en faisait guère au début un esthète de la beauté, malgré l'élégance du port et la souplesse de liane. Il provoquait une clameur d'effroi, jamais un éclat de rire dû à une dérobade. Ses détracteurs le voulaient alors trémendiste (adonné à un art de l'effroi où tout se jouait au millimètre et à la seconde près dans les terrains de proximité du fauve). Plus tard, ils lui reprochèrent de se comporter sous l'égide de José Antonio Campuzano en torero appliqué, épris d'équerre et de compas. Signe distinctif : il ne laissait jamais tomber et s'attachait jusqu'au sacrifice à la perfection du dessin et du rythme. Clair, net, précis, sans bavure, il nouait la plus étroite complicité à chaque nouvelle série de cape et de muleta, approfondissait avec une assurance croissante une familiarité que d'aucuns jugeaient déplacée. Ce qui manquait autour de Sébastien Castella à ce stade de sa carrière, c'était sans doute les factoïdes, des faits qui n'existent pas avant d'apparaître dans une revue ou un journal, des créations qui ne sont pas mensonges, mais destinées à commander les émotions de l'ensemble des spectateurs. Le récit romanesque de la difficile jeunesse d'El Cordobes en fournit la meilleure illustration. Mea culpa, je n'arrivais pas à la cheville d'El Pipo pour magnifier un torero auquel la fable manquait. "

>

Comment nous joindre : penasebastiencastella@gmail.com